1er rassemblement
NOUS SOMMES LE COLLECTIF !
VOUS ETES LE COLLECTIF

Ca y est ! Nous avons franchi le pas en organisant notre premier rassemblement samedi 2 octobre. Vous avez été plus de 100 personnes à avoir répondu à notre invitation : MERCI ! MERCI pour votre présence à cette première rencontre.

Le projet du barrage est encore d’actualité ! Nous ne baissons pas les bras. Restez informé sur cette page des prochaines actions menées par le collectif.

à quoi ressemblerait
le barrage ?

Faites glisser le curseur à gauche

Je suis contre le barrage,
je signe la pétition

Le vallon de l'Yzeron
Massacré

3 000

arbres
abattus

8 100 m²

arbres
abattus

10 000 000 €

de travaux financés
avec vos impôts

2x plus grand

que Buckingham
Palace

1 200 000 m³

de
stockage

95 Mètres

de large à la base
de l'édifice

Un barrage sec gigantesque, le seul en France en milieu urbain

2 fois plus grand que Buckingham Palace, il s’agit d’un barrage sec qui se tiendrait à 300 mètres des habitations du quartier du Châter et au pied du quartier de Bel Air. Le barrage, qui serait édifié en vue d’une crue centennale (1 chance sur 100 de se produire chaque année), est aujourd’hui considéré comme un argument non recevable car elle ne s’est jamais produite !

 

Un barrage sec
sans aucune utilité

Cette retenue serait réalisée à deux pas des premières habitations. Avec la construction d’un tel édifice est amplificateur de risques pour la population et entraîner la prolifération de nuisibles (moustiques tigres).

En cas de crue supérieure à l’objectif de protection fixé, hypothèse considérée aujourd’hui comme possible suite au dérèglement climatique, le barrage serait débordé et l’eau inonderait la vallée dans les mêmes conditions que par le passé.

Un environnement
massacré

Alors que la Métropole de Lyon signes des chartes en faveur de la protection des arbres et souhaite construire 7 parcs équivalents à celui du parc de la Tête d’Or d’ici 2030, elle massacre l’un des poumons verts de l’Ouest Lyonnais en abattant 3000 arbres.

Pourquoi avoir retenu cet endroit pour ce projet destructeur de la nature ? Parce que techniquement le lieux s’y prête (sic!) : situé en aval au débouché du vallon il permet d’avoir une capacité de retenue maximale et peut s’appuyer.

Des solutions
ALTERNATIVES

Le projet d’un barrage date de 2002 et ne prend pas en compte les nouvelles normes environnementales qui n’existaient pas 20 ans en arrière.

Il existe des solutions alternatives et de bons sens qui n’ont pas été étudiées par le SAGYRC (Syndicat Mixte d’Aménagement de Gestion de l’Yzeron, du Ratier et du Charbonnières). Elles sont moins dangereuses et plus solidaires.

Ils parlent du barrage

#TousAntiBarrage